Apple et Google dans la course aux imprimantes 3D

Un analyste de Global Equities Research, Trip Chowdhry estime possible qu’Apple se lance dans l’impression 3D dans les années à venir. Chowdhry relève que plusieurs brevets ont déjà été déposés dans ce sens. Notamment un brevet relevé par Patently Apple en décembre dernier,  concernant une imprimante à jet d’encre capable d’imprimer des objets en 3D. Par ce procédé, elle pourrait utiliser, à des fins industriels, de l’encre conductrice d’électricité, chargée de particules métalliques par exemple, et ainsi imprimer des circuits et composants sur des surfaces courbées. Mais ce n’est pas tout, la firme possède aussi cinq autres brevets concernant l’impression d’un alliage métallique imprimable en 3D. On peut évidemment penser au « Liquid Metal » dont Apple possède l’utilisation exclusive depuis quelques années. Ce matériau, qui a déjà fait couler beaucoup d’encre, permet de créer des formes complexes, sans utiliser les moules habituellement employés dans l’industrie. Souvent évoqué depuis l’iPhone 4S, on parle de nouveau d’une utilisation massive pour l’iPhone 6 et même pour la, déjà célèbre montre d’Apple, l’iWatch.

Côté Google, l’analyste se base sur le rachat de l’entreprise PrimeSense, spécialisée dans la captation en 3 dimensions, pour affirmer que le géant de Mountain View sortira ses propres imprimantes 3D dans les 12 et 18 mois prochains. Selon Chowdry, l’entreprise pourrait présenter son projet en juin ou en octobre 2014.

Comme le titre le précise, il s’agit là d’informations à prendre avec des pincettes, l’analyste n’en est pas à son premier coup d’éclat de ce type, certains d’entre eux étaient par ailleurs assez farfelus. C’est cette même personne qui avait prédit, il y a quelques mois, la sortie imminente de l’iWatch ou « sa disparition ». Une annonce qui allait à contre courant de la politique d’Apple et d’autant plus avec les difficultés de fabrication que semblaient rencontrer la firme. Toujours est il que certains faits sont bien réels. Les brevets déposés par Apple ne datent pas d’hier, l’exclusivité avec la société Liquid Metal du même nom que son matériau perdure et, vu le potentiel de l’impression 3D, ses avancées et son engouement actuel, il est probable qu’à leur tour, les deux géants du High Tech s’investissent dans ce secteur. Apple qui doit déjà l’utiliser depuis de nombreuses années pour le prototypage, pourrait passer à un usage massif pour sa production de ses futurs produits. Le Liquid Metal combiné à une encre conductrice d’électricité permettrait, entre autre, d’alléger les objets, ou encore de les affiner. Les concessions que doivent faire les designers à cause des contraintes matériels vont à l’avenir, sans doute s’estomper. Une fois de plus, Apple va pouvoir communiquer sur un iPhone « le plus fin du monde »( cf : iPhone 5 ). 

Pour sa part, Google a déjà officialisé publiquement son intérêt par les possibilités offertes par les imprimantes 3D. Allié à 3D Systems, son projet de téléphone modulable et personnalisante ARA qui sera commercialisé en 2015 devrait proposer, à terme, d’imprimer ses propres pièces. Quand au fait de fabriquer ses propres imprimantes 3D, une chose est sûre, Google n’en finit pas de nous surprendre ! 

    Partagez votre opinion