satellite russe imprimé en 3D à bord de l'ISS

Le premier satellite imprimé en 3D devrait être lancé en Juillet 2017 d’après Alexey Yakovlev, Directeur de l’Institut des Hautes Technologies à l’Université de Tomsk en Russie.


Un satellite imprimé en 3D à bord de l’ISS

Conçu par des scientifiques russes, cette première mondiale est le fruit de plusieurs années de recherche dont la dernière étape était l’expédition d’un micro-satellite, le Tomsk-TPU-120, sur l’ISS, la Station Spatiale Internationale, en Avril 2016. Depuis Mai dernier, ce micro-satellite envoie des messages depuis l’ISS. Les scientifiques russes mais également des passionnés à travers le monde peuvent ainsi partager des informations sur l’état de la radiodiffusion émise par ce satellite imprimé en 3D.

Vidéo à bord de l’ISS (en russe) :

« Beaucoup d’amateurs de radio de partout à travers le monde ont pu attraper un signal satellite sur leurs stations de radio et publier des vidéos sur Internet », a déclaré Alexey Yakovled.


3 … 2 … 1 … Ignition !

L’étape ultime consiste désormais à mettre ce micro-satellite en orbite. La mise en orbite est maintenant planifiée pour Juillet 2017 lors d’une sortie dans l’espace des cosmonautes russes de l’ISS. Le satellite imprimé en 3D sera en orbite pendant 6 mois avant de rentrer dans l’atmosphère où il se désintégrera. Si cette dernière étape est un succès, les scientifiques russes lanceront alors plusieurs satellites imprimés en 3D.satellite imprimé en 3D russe


L’impression 3D au cœur de l’innovation

 » Le Tomsk-TPU-120 est le premier satellite imprimé en 3D au monde », explique Alexey Yakovlev lors d’une interview à Sputnik International.  » L’ensemble du boîtier est entièrement imprimé en 3D. L’utilisation de cette technologie permet de réduire considérablement le temps de développement, le coût du projet et le nombre de tests à grande échelle. L’impression 3D permet également de trouver de nouvelles solutions d’ingénierie. »

satellite imprimé en 3D par les russes

En effet, les matières imprimées en 3D ont rendu le satellite plus léger, robuste et capable de résister aux vibrations.


Un petit pas pour l’Homme, un grand pas pour l’impression 3D !

L’objectif d’ Alexey Yakovlev est de lancer un grand nombre de satellites polyvalents à bas coûts pour surveiller l’agriculture, les feux de forêts, le changement climatique et les ressources naturelles.

Nous ne manquerons pas de vous tenir informé des aventures de Tomsk-TPU-120.

Impression 3D, imprimante 3d, fichier 3d, veille technologique fabrication additive, suivez toute l’actualité sur Facebook et  Twitter.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *