fabrication de cheveux avec une imprimante 3D

Imprimer des cheveux avec une imprimante 3D

Le potentiel de l’impression 3D ne cessera jamais de nous étonner. Cette fois (encore), c’est le MIT qui fait la une avec la fabrication de cheveux avec une imprimante 3D !

Un logiciel sur-puissant

Après avoir imprimé du verre, le Massachusetts Institute of Technology (MIT) imprime désormais des cheveux. C’est un exploit car les cheveux sont des éléments très fins qui requièrent des puissances et des temps de calcul très importants. Pour y arriver le MIT a développé un logiciel hyper puissant appelé Cillia. Cillia permet de modéliser des milliers des cheveux en un temps très court contrairement aux logiciels actuellement disponibles sur le marché.

« Pour imprimer 6.000 cheveux seulement sur la surface d’un timbre-poste, il faudrait plusieurs heures de traitement «  indique Jifei Ou, l’auteur principal de l’étude.

Cillia demande simplement d’entrer quelques paramètres comme la longueur, la densité, l’épaisseur et l’angle avant de lancer son traitement et le tour est joué. La preuve, le MIT a imprimer des cheveux de 50 microns d’épaisseur qui correspond à l’épaisseur d’un cheveu humain. Avec ces paramètres, Cillia est capable de modéliser des cheveux très fins à très épais sur une base plane ou courbe.

Un empilement de pixels

Le MIT a fait preuve d’originalité pour créer leur logiciel de modélisation capable de fabriquer des cheveux avec une imprimante 3D. La plupart des logiciels de CAO fonctionnent par empilement de petits triangles. Cillia fonctionne par empilement de pixels qui lui permet de modéliser des éléments extrêmement fins. C’est l’agencement des pixels qui permet à Cillia de modéliser des cheveux de la racine (plusieurs pixels) à la pointe (un pixel).

Que les chauves se rassurent, la technologie sera bientôt disponible pour imprimer perruques et autres postiches mais l’objectif du MIT n’est pas capillaire mais belle et bien utile en de nombreux points.

Une nouvelle méthode d’adhésion et de détection

Le MIT compte utiliser cette invention comme nouveau moyen d’adhésion et de détection.

« Notre objectif est d’utiliser pleinement le potentiel de l’impression 3D  pour créer de nouveaux matériaux fonctionnels dont les propriétés seraient facilement réglables et contrôlables »,  explique Jifei Ou.

A l’image du velcro, les cheveux du MIT ont un pouvoir adhésif. Pour obtenir ce résultat, le MIT joue sur l’angle des poils afin d’obtenir une adhésion plus ou moins forte en fonction de l’angle défini par l’utilisateur. Pour tester le pouvoir de détection, le MIT a spécialement fabriqué des petits lapins équipés de LED. Ces dernières s’allument lorsque le lapin est caressé.

Après la fabrication des cheveux avec une imprimante 3D, quelle sera la prochaine invention du MIT  ?

Impression 3D, imprimante 3d, fichier 3d, suivez toute l’actualité sur Facebook et Twitter.

    Un Commentaire

  1. […] article Première mondiale : Fabrication de cheveux avec une imprimante 3D est apparu en premier sur […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *