Impression 3D : L’Australie interdit la diffusion des armes en plastique sous toutes ses formes !

Hier, l’Australie a légiféré sur le problème des armes à feu fabriquées avec une imprimante 3D. Le juge à l’initiative du projet de loi, souhaite rendre illégales toutes diffusions des plans et d’ instructions détaillées sur le net. Ce dernier a expliqué sa démarche en ces termes : « Les progrès technologiques liés aux applications des modèles en 3 dimensions et aux imprimantes 3D sont en constante augmentation et les coûts se réduisent. Aujourd’hui, l’impression 3D peut être largement appliquée, et ce, très facilement. »

L’année dernière, la police de New South Wales a mis en garde le public australien contre la fabrication et l’utilisation de pistolets en plastique imprimés en 3D, soulignant le caractère dangereux et illégal. Le commissaire Andrew Scipione, basé dans la circonscription, a eu l’occasion de participer à une démonstration dans un environnement contrôlé. Il s’est exprimé sur cette expérience : « Les armes à feu imprimées en 3D n’ont bien sûr pas de cahier des charges et ne répondent à aucune norme de sécurité. Une telle arme est évidemment dangereuse pour autrui mais aussi pour son utilisateur.»

En Australie, les armes à feu sont très réglementées. La détention de fusils et d’armes de poings font l’objet d’un permis. La police australienne a averti la population que la production de ces armes à feu entraînait logiquement deux infractions : la fabrication et la possession. Toutes deux fortement condamnables. Le juge, dans un communiqué y explique sa démarche : «Aujourd’hui, il y a des préoccupations bien fondées. Le risque est réel et requiert une réponse rapide et complète. Le projet de loi que j’ai présenté au parlement est une réponse nécessaire et adapté.»

Si les autorités du monde entier n’anticipent pas et ne communiquent pas sur ce problème, que ce soit à des fins peu louables ou par bêtises, la prolifération est inéluctable.

 

 

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *