stent-3d-1

Guillermo Ameer et Cheng Sun, deux chercheurs de l’école Mc Cormick, pôle de l’université d’Harvard, ont axés leurs recherches sur les stents vasculaires.


Rappel anatomique

Pour y voir plus clair, faisons un petit rappel anatomique. Les stents vasculaires sont des dispositifs médicaux, semblables à des petits ressorts que l’on insère dans une cavité afin de la maintenir ouverte. Le plus souvent, ils sont utilisés pour déboucher les artères lorsque celles-ci sont obstruées. C’est notamment le cas lors d’infarctus.


Un polymère spécialement conçu

Les stents doivent être à la fois flexibles et biodégradables, la bio-impression 3D respecte ces 2 conditions.
La fabrication additive des stents vasculaires se fait grâce à un procédé de micro stéréolithographie. Cela permet de fabriquer des stents à partir d’un polymère spéciale fabriqué dans le laboratoire de Guillermo Ameer. Ce polymère est créé à partir d’acide citrique. Ce dernier est antioxydant, flexible et biodégradable.stent-3d-2


Une technique d’impression 3D unique

Leur technique d’impression est unique. Elle fait appel à la technologie CLIP développée par Carbon3D. Ce procédé, rappelons le, permet d’imprimer avec une très haute résolution. C’est essentiel pour la production de stents car ils doivent être fabriqués en maille très fine, parfois pouvant aller jusqu’à moins de 3 millimètres de diamètre.

3D-Printing Vascular Stent from Northwestern Engineering on Vimeo.

Outre ce procédé, le gain de temps est également considérable. En effet, cette nouvelle technologie permet d’imprimer jusqu’à cent stents à la fois en quelques minutes.


La personnalisation des tents

Mais là ou cette trouvaille fait réellement le bonheur du corps médical et des patients c’est qu’il n’y a aucunes contraintes géométriques.
Soulignons que dans de nombreux cas, nous n’arrivons pas à mettre correctement le stent dans le vaisseau sanguin. Cela parce que, vous l’aurez compris, chaque vaisseau, chaque artère n’est pas totalement égale d’un sujet à l’autre.
Le stent imprimé en 3D répondra parfaitement aux besoins anatomiques puisqu’il est fait sur mesure. C’est essentiel pour une implantation réussie.
Soulignons que les mauvais ajustements des stents les font se déplacer autour de l’artère. Cela donne lieu à des nouvelles opérations, coûteuses mais surtout risquées.


Un stent qui se décompose dans l’organisme

Ce qui est demandé au stent c’est de garder l’artère ouverte mais l’impression 3D va bien au delà. En effet, ce stent est capable de se décomposer lorsque l’artère reste ouverte d’elle même. Tout comme le font les fils résorbables, les stents ainsi devenus inutiles pour l’artère seront absorbés par le corps.

On peut s’interroger sur la manière dont l’organisme réagit en cas de décomposition dans l’organisme mais s’il s’agit d’acide citrique pur, il n’y a pas de désagrément connu à ce jour.

Impression 3D, imprimante 3d, fichier 3d, veille technologique fabrication additive, suivez toute l’actualité sur Facebook et  Twitter

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *