De la couleur pour vos impressions 3D avec Spectrom

  Nombre d’entre nous aimeraient pouvoir imprimer en 3D des objets dans une large gamme de couleurs. Jusqu’à présent, pour obtenir un objet 3D coloré, plusieurs options étaient possibles : peindre l’objet après impression, changer la couleur de bobine en cours d’impression, acheter une imprimante multi-buses, acheter une imprimante BotObject qui fusionne les filaments colorés ou sous-traiter l’impression 3D à un imprimeur spécialisé qui a investi plusieurs dizaines de milliers d’euros dans une imprimante 3D couleur.

Spectrom propose une solution alternative et abordable : colorer le filament juste avant l’impression 3D.

Il ne s’agit pas d’acheter une nouvelle imprimante 3D mais simplement d’ajouter un module de coloration  du filament qui s’adapte à un très grand nombre d’imprimantes 3D de bureau FDM.

Les développeurs à l’origine de Spectrom, Cedric Kovacs-Johnson et Charles Haider, ont déjà remporté 2 prix pour leur invention révolutionnaire :  » un processus automatisé de coloration continue et variable qui s’adapte aux imprimantes 3D bureau FDM.  »

 Ce nouveau produit fonctionne comme un  » pinceau virtuel « . A partir d’un filament unique clair, Spectrom applique de manière très précise des encres colorées. Son logiciel utilise un algorithme pour déterminer la quantité exacte de filament à colorer et passe d’une couleur à une autre sans aucun débord.

La technologie de Spectrom a été comparée à celle de BotObjects, un fabricant britannique qui a également développé une méthode d’impression 3D multi-couleurs. La différence est que la technique de BotObject implique la fusion de plusieurs filaments CMJN dans une seule tête et implique une transition de couleur moins précise (par exemple, passer du jaune au bleu implique une transition et laisse apparaître du vert entre le jaune et le bleu)

   » Spectrom permet de réaliser des impressions 3D en couleur grâce à un processus à base de colorant et d’un polymère chargé. Cela signifie que nous avons un excellent contrôle de la teinte et de la saturation de la coloration. La couleur est pleinement incorporé dans le plastique, ce n’est pas juste une finition de surface. » Explique Tyler Waite.  » Notre filament propriétaire en instance de brevet absorbe la couleur et peut être extrudé instantanément. L’avantage est que la transition de couleur est immédiate et précise. »

Spectrom fonctionne avec une version du logiciel Cura qui permet aux utilisateurs de sélectionner les couches sur lesquels ils souhaitent appliquer une couleur du spectre RGB (red green blue) et exporter le fichier 3D directement vers le module Spectrom et l’imprimante 3D.

La prochaine étape pour Cédric et Charles, sera de trouver un moyen pour colorer les objets au niveau du voxel*. Ils pensent pouvoir y parvenir en améliorant leur algorithme.

Le prix de vente n’a pas été communiqué et bien qu’aucune date de lancement n’ait été fixée, une « grosse annonce » en milieu d’année est à prévoir. @ suivre sur Facebook et Twitter.

(*) voxel : contraction de « volumetric pixel » est un pixel en 3D.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *