Des neurochirurgiens russes utilisent des implants crâniens imprimés en 3D

Des implants crâniens imprimés en 3DAprès des implants intervertébraux, des tissus de foie, des prothèses faciales et des os, l’impression 3D est maintenant utilisée par des neurochirurgiens russes pour créer des implants crâniens pour réparer les déformations de la boite crânienne.Jusqu’à présent, les chirurgiens utilisent des plaques de titane pour opérer les patients souffrant de malformations congénitales ou de blessures à la tête. Le titane est un matériau biocompatible et permet d’obtenir un faible taux de rejet mais lorsqu’il s’agit d’opérer sur une grande surface, il devient moins efficace car sa résistance structurelle est faible et peut donc se déformer.C’est justement pour cette raison que le Docteur Ulianovsky a écarté l’utilisation du titane pour opérer un patient souffrant d’une...

Toucher pour Voir : 2500€ pour un projet porteur de sens !

C’est la dernière ligne droite !Rappelez-vous, nous vous en parlions lors du lancement de la campagne de financement participatif de l’entreprise Tri-D, à l’origine du projet « Toucher pour Voir ». Ce dernier a pour but, grâce aux imprimantes 3D, de faciliter l’accès aux oeuvres d’art, pour les personnes atteintes d’un handicap visuel.Depuis le début de la campagne, Chris Delepierre et Thomas Delbergue ont réussi à récolter plus de 7000€ auprès de plus de 80 personnes dont pas moins de 6 entreprises. Divers musées ont d’ailleurs montré leur intérêt pour ce projet innovant.Si pour le moment, le succès est au rendez-vous, il n’en reste pas moins que la loi du crowdfunding sur Kiss Kiss Bank Bank est dure, mais c’est la loi : C’est tout ou rien. Si l’objectif n’est donc pas rempli, l’argent...

Notre exosquelette à la serre numérique

Bonjour à tous,Avec un peu de retard, je vais vous parler un peu plus, mon aventure à la Serre Numérique de Valenciennes. Hier, était l’inauguration d’une pépinière numérique prometteuse, qui devrait d’ici quelques années, créer jusqu’à 2000 emplois, former des étudiants aux nouvelles technologies, et qui héberge déjà une école : « Sup’Infocom » qui a depuis longtemps une notoriété mondiale.De nombreuses personnes étaient présentes, notamment du monde politique. À mon grand regret je n’ai pas pu voir tout le monde, mais j’ai eu la chance de rencontrer et de présenter mon projet d'exosquelette à Valérie Létard, Sénatrice du Nord, et Présidente de la communauté d’agglomération de Valenciennes, Daniel Percheron, Sénateur du Pas de Calais, et Président du conseil régional Nord-Pas de Calais,...

#repairmyhand : Un exosquelette pour la piscine

Le week-end de Pâques à la piscineSébastien Ronger, Yoann Noteau, Vincent Boulanger et moi-même décidons de nous immerger le temps du week-end pour avancer sur le projet.Nous nous réunissons chez Sébastien, du côté de Béthune (059), à la campagne. Le vendredi soir, nous avons installé les 3 imprimantes 3D en notre possession : Une Ultimaker 2, Une Zortrax et une Discovery 200. Nous nous répartissons les tâches, préparons le week-end qui s’annonce intense. Modélisation 3D, impression 3D, prototypage et bricolage sont au programme. Pendant trois jours, nous faisons du 7H00 - Minuit.Au bout de ces trois jours, malgré des difficultés, nous avons réussi à me faire quatre doigts de la main de l'exosquelette. Et surtout, nous avons travaillé sur l’adaptabilité du système et sa reproduction. C’est à dire que nous...

#repairmyhand : Première ébauche du prototype d’exosquelette

prototype-exosquelette.brendon-caulier
Je me suis déplacé chez Sébastien Ronger qui souhaitait me montrer ses avancées sur le futur exosquelette. Il a travaillé sur la mécanique d’un seul doigt, m’expliquant que si le test était probant pour un, son idée était applicable sur les autres. Hormis le pouce, qui serait sensiblement différemment.Son idée est assez simple et assez logique m’explique-t-il. Sébastien a essayé de reproduire le système de tendon humain. Il a cherché à externaliser le système de tendons que nous avons tous, afin de reproduire un système de flexions qui soit le plus naturel possible. Et le résultat m’a bluffé.Le système repose sur un ensemble d’anneaux pouvant être dimensionnés sur-mesure et qui viennent se positionner au milieu de chaque phalange. Adaptable à toutes les personnes jeunes comme moins jeunes.De plus le...

Le projet repairmyhand touche les élus du Nord Pas de Calais

#RepairmyhandForce est de constater que bon nombre d’entre eux étaient sensibles au handicap et par conséquent au projet de Brendon. Ce dernier, suite à un accident de moto à cause d’un chauffeur ivre, s’est retrouvé handicapé du bras gauche (paralysie du plexus brachial). Armé d’une volonté de fer, Brendon a décidé de lancer un projet communautaire sur la plate-forme d’additiverse.com pour retrouver la mobilité de son bras et de sa main grâce à l’impression 3D. Lancé en Janvier dernier, la Communauté des Makers et les entreprises ont très vite réagi en apportant des idées, du matériel et des messages de soutien. (Pour en savoir plus sur le projet exosquelette, c’est ici.)Nous remercions particulièrement Madame Mannarino, Vice-présidente du Conseil départemental du Nord, d’avoir parlé du projet en...

#repairmyhand – Jour 2 : Le projet exosquelette est en marche !

Le projet exosquelette est en marche !Les choses vont plus vite que je ne l’imaginais.Le 4 février vers 18 heures, Vincent m’appelle et m’annonce de bonnes nouvelles.Daniel Marcotte a accepté de me scanner le bras entier, malgré un emploi du temps chargé. De plus, dans la foulée, Vincent a contacté l’entreprise Dagoma, petite entreprise de Tourcoing (059), qui a conçu sa propre imprimante 3D. Représenté par Matthieu Régnier et Gauthier Vignon, ces derniers ont de suite, accepté de nous aider en nous prêtant deux de leurs machines, du filament 3d, mais surtout, nous aider dans la conception. Enfin, Sébastien Ronger, développeur en langage C, PHP, entre autres et maker dans l’âme, s’est déjà mis au boulot. Qu’il, dans un premier temps, essaye de se calquer sur l’anatomie humaine. Modestement, il explique à...

Tri-D demande 10 000€ sur KKBB pour aider les déficients visuels à se représenter le monde qui les entoure.

Aider les déficients visuelsDeux jeunes ingénieurs, Chris Delepierre et Thomas Delbergue, fondateurs de Tri-D, vont tenter de réunir 10 000€ auprès des internautes en 47 jours. Leur but étant de mener le projet : « Toucher pour Voir ».Cette somme servira à acheter plusieurs imprimantes 3D et un scanner 3D. L’objectif est, grâce à l’impression 3D, de reproduire différents éléments du patrimoine urbain et géographique de la région Nord Pas de Calais et au-delà : beffrois, sculptures ou encore monuments géologiques, à l’instar du Cap Blanc Nez et du Cap Gris Nez.Un projet porteur de sens :Le but recherché par les deux compères est de sensibiliser les particuliers comme les entreprises au handicap visuel et aux solutions qu’offrent désormais l’impression 3D.Pour cela, les deux compères proposent des...

Des médecins japonais utilisent l’impression 3D pour fabriquer des poumons

  La texture et  la souplesse de ces poumons artificiels permettent au Professeur Toshiaki Morikawa de donner des cours de chirurgie sans risquer la vie des patients. Même les tumeurs et les vaisseaux sanguins sont reproduits. " Les étudiants peuvent voir le poumon saigner ", a déclaré Tomohiro Kinoshita de la firme japonaise Fasotec, créateur du modèle. " Nous visons à aider les médecins, à améliorer leurs compétences avec des reproductions d’organes à l’identique," at-il ajouté.Si quelque chose va mal, peu importe, il suffit d’imprimer un nouveau poumon.Le poumon est créé par numérisation d'un organe réel dans les moindres détails. Grâce au fichier 3D obtenu, un moule est conçu par impression 3D. Un gel synthétique est ensuite injecté dans ce moule pour donner un aspect très proche de l’organe réel....

# repairmyhand : Créer un exosquelette

Jour 1 : Rencontre avec Additiverse :Chose promise, chose due. je vais essayer de rattraper le retard que j'ai pris.Je vais tenter de vous raconter le plus fidèlement possible l'aventure exosquelette, baptisée depuis, #repairmyhand.Comme expliqué en détails dans mon post de blog, l'idée est de retrouver la mobilité de la main gauche que j'ai perdu lors d'un accident de moto. Une idée qui me taraude depuis plusieurs années.De la famille de mon amie, je prends contact avec Vincent Boulanger, que je savais féru d'impression 3D et actif sur le site Additiverse, site que je suivais depuis quelques mois. En effet, je m'intéresse beaucoup à l'impression 3D dans le cadre de l'exosquelette, mais aussi dans l'univers du bâtiment.Le 3 février 2015, c'est par le biais de Facebook que je fais connaissance avec lui. Je suis de...