logo conseil d'orientation pour l'emploi

Les progrès réalisés dans le champ de la robotique et de l’intelligence artificielle, l’essor de l’Internet des objets, le traitement des données de masse (big data) ou l’émergence de l’impression 3D alimentent aujourd’hui des inquiétudes autour d’un « futur sans emploi ». Sans aucun doute, des emplois vont disparaître mais le Conseil d’orientation pour l’emploi a souhaité approfondir et affiner le diagnostic en procédant à une analyse complète des impacts prévisibles de la nouvelle vague d’innovations technologiques sur l’emploi et sur le travail.


La leçon de l’Histoire

Le lien entre technologie et emploi fait l’objet de débats anciens et intenses. Pourtant, les innovations techniques des deux derniers siècles ne se sont pas accompagnées d’une réduction de l’emploi, ni a fortiori de sa disparition. Dans le sillage des révolutions technologiques précédentes, l’emploi s’est certes transformé, mais il a augmenté.

Les études rétrospectives convergent globalement pour montrer que les progrès technologiques des trente dernières années ont eu un effet favorable sur l’emploi. De nombreuses études empiriques ont cherché à évaluer, en France et à l’étranger, les effets des dernières vagues d’innovations technologiques sur le volume de l’emploi : malgré les différences d’approche et de méthode, elles tendent à converger pour conclure que l’introduction d’innovations ont été globalement favorables. Néanmoins, rares sont les études qui ont examiné l’impact sur le volume de l’emploi des seules technologies numériques et robotiques.


L’impact de l’impression 3D

Si un certain nombre de défis techniques doivent encore être relevés pour permettre une diffusion large de l’impression 3D, l’Internet des objets devrait contribuer à modifier en profondeur l’organisation du système productif au cours des prochaines années. Cette technologie est en effet au cœur de l’« Usine du futur », nouveau modèle industriel reposant sur la plus grande intégration des nouvelles technologies dans les processus de production et considéré comme un levier de maintien ou de redressement de la compétitivité industrielle.


Conclusion du rapport

Cette première étude sur l’impact des nouvelles technologies sur l’emploi conclut que :

  • moins de 10 % des emplois existants présentent un cumul de vulnérabilités susceptibles de menacer leur existence dans un contexte d’automatisation et de numérisation;
  • mais la moitié des emplois existants est susceptible d’évoluer, dans leur contenu, de façon significative à très importante ;
  • le progrès technologique continuerait à favoriser plutôt l’emploi qualifié et très qualifié : parmi les emplois susceptibles d’être vulnérables, les métiers surreprésentés, en volume ou au regard de leur part dans l’emploi total, sont souvent des métiers pas ou peu qualifiés.

Le Conseil publie également une liste de métiers qui, au vu de cette étude, apparaissent les plus vulnérables ainsi qu’une liste de métiers dont le contenu est susceptible d’être transformé.

 » S’agissant de leurs conséquences sur l’emploi, les robots, l’intelligence artificielle ou l’impression 3D ne justifient, ni frayeur ni exaltation », conclut Marie-Claire Carrère-Gée. « Les transformations d’emplois existants, pour être probablement de très grande ampleur, pourront constituer autant d’opportunités et rendre bien des tâches moins pénibles et plus performantes. Les pertes d’emploi, peut-être significatives, pourront être compensées, et plus que, par des créations d’emploi en France. A nous– acteurs économiques, citoyens, pouvoirs publics- de nous en donner les moyens. »

Le Conseil étudiera dans un second tome à paraître au printemps les impacts sur les conditions de travail et l’organisation du travail, ainsi que les compétences des actifs. Et cela pour donner aux pouvoirs publics et aux citoyens un diagnostic solide pour préparer les décisions de politiques publiques qui doivent continuer à être prises dans tous les domaines : emploi, formation, protection sociale, mais aussi soutien à l’innovation et à la localisation d’activités.

Consultez le rapport complet de 192 pages ou le rapport de synthèse de 20 pages et partagez votre avis en laissant un commentaire ci-dessous 😉

Impression 3D, imprimante 3d, fichier 3d, veille technologique fabrication additive, suivez toute l’actualité sur Facebook et  Twitter.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *